Comme l’envie de …

photo(1)

Comme l’envie d’une main posée là, sur ma nuque; de mots chuchotés et de grands éclats de voix; d’eau ruisselante et de mots de papier; de téléphone au cœur de la nuit; de vignes et de soleil couchant sur les pierres dorées; de trains en retard et de rendez-vous manqués; de regards accrochés et de silences partagés; comme l’envie de ciel gris, de menaces et de flottements; l’envie de battre le fer et de sauter dans le vide; l’envie de ne plus penser et celle de vivre chaque seconde plus intensément que jamais; l’envie de la serrer fort et de la laisser, heureuse, partir vers l’autre versant de son monde; profiter de ces heures égoïstes, pour se découvrir une autre, plus tout à fait la même, bien plus forte et tellement plus proche; s’étonner toujours de ce qu’il advient parfois mais maintenant, réaliser la liberté, se rendre compte que l’on sourit, à la vie, à l’en-suite, au plus fort.

Et se dire à soi, vas-y ! Et se dire à soi, merci.

//merci pour tout vos mots, vos messages, vos pensées.merci//

Et refermer la porte.

20131008_142758.jpg

Elles sont passées à toute allure ces années dans cette maison. Je m’y suis sentie chez moi dès les premières secondes de la toute première visite avec ce drôle d’agent immobilier au cœur de l’été. Ça s’est passé dans mon ventre, un coup de papillon, de fourmis ou de je ne sais quoi.

J’ai aimé ses vieilles portes, les carreaux hors d’âge dans les toilettes et l’énorme pierre planquée au fond de la remise. J’ai aimé l’œil de bœuf en haut de l’escalier et j’ai caressé la rampe en pensant à ceux qui s’étaient succédés sur ces mêmes marches bien avant moi. J’ai aimé qu’elle ait caché aux autres sa beauté pour me laisser la révéler.

J’ai imaginé que la mini grandirait là, j’ai imaginé que peut-être un jour nous y serions un peu plus que trois. J’ai cru qu’elle serait ma maison, celle dans laquelle je verrais pousser les rides à mon front et blanchir mes cheveux. J’avais oublié que, parfois, les choses ne se passent pas aussi simplement que ça, j’avais oublié que parfois, les choses  que l’on veut vraiment n’arrivent pas.

Les cartons ont envahis la maison, la peine et quelques regrets sont tapis là. Les nouveaux habitants arriveront bientôt. Ils sont deux et seront trois dans quelques mois. J’espère qu’ils sauront être heureux ici, qu’ils aimeront la lumière dorée qui arrive comme un cadeau les après-midi de mai. J’espère qu’ils aimeront l’odeur de cheminée quand la voisine se chauffe à l’ancienne. J’espère qu’ils feront mieux que nous, nous qui n’avons plus su comment on fait pour être heureux ensemble.

Dans quelques heures les cartons partiront ailleurs, par deux chemins différents. Je redoute ce moment depuis des mois. Venir a été si simple, que partir me semble impossible. Pourtant je sais que j’y arriverai, je sais que c’est beau aussi là-bas, que ça le sera parce que nous y serons, la mini et moi, et que notre maison elle n’est pas dans un lieu, pas sous un toit, elle est en nous.

Notre maison désormais, c’est nous.

Des livres pour leur parler de… la naissance.

C’est un message, puis un autre qui m’ont décidée à aborder ce thème qui revient très souvent aussi dans mon quotidien de libraire : avec quels livres aborder la naissance avec ses enfants.

Je vous ai concocté une sélection parmi des classiques et des nouveautés qui ont tous un petit quelque chose qui les rend unique et qui, je l’espère, pourront accompagner le futur grand-frère ou la grande-sœur durant les neufs tout petits mois d’attente.

photo 3(12)-001

Parmi les titres anciens, j’ai choisi de retenir deux de mes livres chouchous sur le sujet. Le fameux Bébé de Manushkin à l’Ecole des loisirs.

L’histoire d’un bébé qui tarde à arriver, se fait attendre et finira par pointer le bout de son nez, alléché par ce qui se trame à l’extérieur… C’est rétro à souhait, illustré en noir et blanc et fourmillant de détails délicats.

photo 4(4)-001.JPG

Impossible de ne pas mentionner Et dedans il y a de J. Ashbé qui reste le plus adapté pour parler de la grossesse avec les tout-petits. Composé de rabats dans l’idée d’un livre à devinettes, on observe le bébé grandir au fil des mois dans le ventre de maman.

La suite, Et après il y aura , aborde sur le même modèle le quotidien de la famille une fois le bébé arrivé.

Deux titres arrivés plus récemment dans les librairies me plaisent beaucoup.

photo 3(11)-001.JPG

Le très bel album « Qu’est-ce qu’il y a dans ton ventre » paru aux toutes jeunes éditions du Diplodocus est superbe.

Les illustrations, très graphiques, laissent la part belle à l’imagination et les textes sont d’une délicatesse remarquable.

photo 4(5)-001

Et je ne peux pas finir cette sélection sans y mentionner le très joli album d’Astrid Desbordes et Pauline Martin. Nous y retrouvons la famille découverte dans Mon amour et nous assistons, cette fois du point de vue du petit garçon, à la découverte de la vie de grand frère. Cet album touche juste, tout pile en plein cœur. C’est beau, simple et touchant.

Paris is always a fucking good idea !

photo 2(18)

Ces quelques jours à Paris, je les attendais comme on attend le phare au cœur de la tempête. Ils ont été à la hauteur et même bien au-delà. Il y a eu des baisers qui claquent, des bras qui serrent forts et des rires qui éclatent même en pleine nuit, et c’était tout juste ce dont j’avais besoin.

Il y a eu un fabuleux spectacle de cirque à Bobino : Traces par la compagnie des 7 doigts de la main. Foncez-y, c’est complètement dingue ! C’est une heure trente suspendu aux acrobaties irréelles des artistes, rythmé par une bande-son géniale. C’est une heure trente à se laisser emporter par des rires de l’enfance et des rêves de grands. C’est génial, vraiment, ne passez surtout pas à côté !

Je rentre allégée de ces quatre journées passées entourée de belles âmes, d’amour et d’attention. Je me suis délestée de pas mal de mes angoisses et aussi d’une bonne vingtaine de centimètres de cheveux ! Je rentre avec une nouvelle tête, celle que je me suis choisie pour affronter cette nouvelle page de ma vie à moi toute neuve. Et c’est à Ismérie, son écoute et son talent, que je dois d’être sortie du salon sur un nuage et de m’être sentie belle et libre et forte en foulant le bitume, ouais rien que ça.

A Ismérie et puis aussi beaucoup à mes copines, à mes foldingues qui m’ont requinquée à base de rigolade, de brume matinale et de haricots verts. Merci à toutes, merci à chacune, j’en ai le cœur qui déborde et je vais virer diabétique à force de tant de guimauves et de mots d’amour. J’ai de la chance, je le sais, une chance folle et insolente parce que même au fond du fond des moments de peine et de douleur, j’ai des amies qui continuent à me faire marrer et à me faire m’aimer aussi, et c’est ça le secret de la résilience. Ça et un bon vin blanc très frais bu à la lumière des bougies.

J’vous en souhaite des milliers à vous aussi ♥

Que la lumière revienne

photo(58)

Dans Oko de M. Rutten, la maison de Madeleine est vide et attend de reprendre vie avec l’arrivée de ses nouveaux occupants. Avant, il faut chasser la peine et les souvenirs tristes, il faut faire de la place pour la vie et ses surprises.

J’en suis au même point en ce premier jour du printemps. Je me prépare à la lumière, au renouveau et à l’imprévu. Je chasse les fantômes et les crasses noires de ces autres, et je me tiens prête.

Je ne suis pas seule, la fête se prépare. Je suis entourée et portée, je vacille, j’ai mal encore mais je sais celle que je suis et je sais ces cœurs à mes côtés. Mon nid est presque prêt, il ne manque plus que quelques bulles, des livres, des coussins douillets et tous les rires de ceux qui comptent.

Ceux qui font que, non, je ne suis pas celle dont il parle, pas celle dont il détourne et déforme. Je suis comme Oko après les épreuves de son hiver, prête à affronter la suite et à ce que la lumière revienne.

Du nouveau dans ma salle de bain… #eliabarbeautytips

le matin ta gueule

Je vous avez parlé de mes produits de maquillage préférés il y a pile un an, c’est par . Cette fois-ci, un an et quelques ridules plus tard, j’ai eu envie de vous parler de soins doudous pour la nuit.

Dans ma salle de bain depuis ces dernières semaines, il y a eu quelques nouveautés qui sont en proie de devenir mes produits chouchous. La fatigue et les évènements perso pas très heureux de ces dernières semaines m’ont donné envie de me chouchouter et je ne sais pas vous, mais prendre soin de soi, ça aide vraiment à garder le moral. Alors j’ai fait le plein de nouveautés, de produits doudous et de pas mal de bio.

Sur le front de la lutte contre le temps qui passe, mon angoisse c’est la peau du cou qui pendouille et à en croire les experts, seule une bonne hydratation peut limiter les dégâts. J’ai suivi les conseils de ma pharmacienne et essayer l’huile végétale. Après enquête et des heures de dures investigations, mon choix s’est porté sur l’huile de grenade. En plus d’être très nourrissante et rapidement absorbée, elle ne sent pas grand chose et ce petit rituel de massage juste avant le coucher est juste parfait !

Je me tartine aussi le visage de crème spécial nuit à la grenade de chez weleda après un nettoyage avec le très agréable Human+Kind. Ce gel frais découvert d’abord en dose d’essai chez le géant S. m’a convaincu de revenir au nettoyage à l’eau, plus rapide et tellement plus efficace pour le démaquillage. Je termine par un pschit d’eau thermale Uriage*  et je garde l’indétrônable eau micellaire* pour réveiller ma peau le matin (j’ai aussi pu tester un nouveau produit assez inattendu, une brume nettoyante* qui s’est avérée être une super découverte).

Après tout ça, je peux aller rejoindre les bras de Morphée et laisser la magie opérer tranquillou ;)

*produits offerts par Uriage.

Et chez toi on lit quoi ? Emilie Choufleur ♥

Pour ce nouvel « Et chez toi on lit quoi ?« , c’est Emilie qui nous dévoile les secrets des bibliothèques de son joli nid, près de Paris. On y retrouve son goût pour le vintage et les illustrations rétro mais aussi pas mal de classiques de la littérature jeunesse contemporaine.

Alors Émilie,

On lit quoi chez toi ?

 La famille Choufleur se compose de Mr Choufleur, de Mirko 4 ans, de Laurette 16 mois et de moi, Émilie, éducatrice de jeunes enfants. Je suis une grande fan de livres pour enfants, parce que j’ai étudié la littérature enfantine à la fac et puis aussi par mon métier maintenant.

 

DSC_3720
DSC_3717
Chez nous, il y a beaucoup, beaucoup de livres. Nous n’allons jamais à la bibliothèque car je préfère acheter les livres, les garder et les lire quand on veut. Il y a des livres partout dans la maison, dans le salon, dans les chambres et même la salle de bain.
J’ai raconté des histoires à Mirko dès sa naissance, et il adore les livres et a toujours était très soigneux. J’ai maintenant hâte qu’il apprenne à lire. Pour Laurette par contre, je n’avais pas vraiment le temps et pour le moment, je lui raconte très peu d’histoires, mais elle aime les regarder et les toucher c’est déjà ça. Par contre elle en a déjà déchiré quelques uns.
DSC_3724
J’aime les livres de Anthony Browne, surtout « Ma maman » et « Mon papa » que je connais par cœur. J’aime bien les raconter, et depuis peu, il m’arrive de lire à Mirko des livres en anglais que nous avons ramené d’Irlande.
J’achète des livres tous les mois dans une librairie très chouette à côté de chez nous et j’en chine aussi beaucoup sur les vides greniers ou chez Emmaüs.
ilovemonlibraire2-2
La librairie préférée d’Émilie :
14 place du Caquet
93000 Saint Denis.
♥♥♥
Merci la Choufleur family !

Le charme discret des jours sans…

008

012

Le charme discret des jours sans c’est quand tu réalises après une journée un peu compliquée que rien ne t’oblige à rentrer tout de suite, que tu t’autorises à ralentir l’allure et à lever le nez.

Le charme discret des jours sans, c’est ce café que tu prends en vitesse mais parce qu’une bonne âme a pris soin de te le faire couler quand elle t’a vu arriver.

Le charme discret des jours sans, c’est ouvrir ta boîte aux lettres, et, à quelques jours d’intervalle y trouver des cœurs, des bières et même des frites. Mais pour ça, il faut avoir des copines un peu magiciennes…

Le charme discret des jours sans, c’est ces mots doux que tu reçois sur ton portable, et le rire de ta fille à plusieurs centaines de kilomètres qui te manque sévère mais qui glisse pour la première fois sur les pistes, et qui lors de son deuxième coup de fil, le soir, te chuchote un délicieux « bisoubisoudorsbienlisbienteslivresmamandamour« .

Ce qui qui fait le charme discret des jours sans, finalement, c’est ce qu’ils recèlent de douceur et de détails. Les jours avant le bonheur.

*cœurs enlainés par ma Charlie & June

001

EDIT : la gagnante du concours 5àsec est…

ballereaue

Bravo ! Non mais quelle poilade.

Tu vas pouvoir faire de beaux rêves sur tes nouvelles taies de princesses ;)

L’amour à la machine ♥

taies 5 à sec 014taies 5 à sec 003

Passez notre amour à la machine… et sans faire bouillir, j’ai la solution pour vous aider à affronter dans la joie et la bonne humeur le 14 février …

La Saint Valentin, on a beau dire, c’est commercial tout ça mais quand même, fêter l’amour et son amoureux difficile d’y échapper et on aurait tort de s’en priver finalement. Et puis même célibataire, autant en profiter pour dire à ceux qu’on aime qu’on les aime justement !

Hop, un petit sms à nos copines adorées, hop, une carte rose paillette à ce pote qui, à coup sûr, trouvera ça drôle. Alors avec ou sans Valentin à dispo, je vous propose un petit concours pour tenter de gagner de quoi vous faire un lit de princesse.

Racontez-moi votre souvenir le plus drôle, le plus décalé ou le plus loose de Saint Valentin en commentaire (les calculettes sont autorisées) (les histoires inventées aussi) et avec les pressings 5àsec, on vous offre de quoi vous préparer un lit de Saint Valentin aux petits oignons avec deux taies brodées aux initiales que vous aurez choisies.

Tu es en panne de Valentin ? Fait comme moi et conjure le sort en provoquant la chance et en faisant broder de quoi faire de beaux rêves.

Vous avez jusqu’au 27  février pour me raconter votre anecdote et le commentaire qui m’aura fait le plus marrer sera désigné le 28 février.

♥ Allez, à la machine ! ♥

Et pour tout le monde, en ce moment chez 5àsec pour 12€ on peut offrir une petite beauté à son linge de lit. Les détails ici.

St-Valentin-940x250px

(article sponsorisé)

(doudou home made, modèle unique ♥ par Anne.)

+1♥

photo(57)

Vieillir c’est encore le meilleur moyen de ne pas mourir balançait l’autre, qui ne dit pas toujours que des bêtises. Cette semaine j’ai suivi son conseil et j’ai ajouté une bougie à mon gâteau. Une bougie ornée d’une princesse quand même, faut pas non plus plaisanter. Une jolie bougie rose et bleue que la mini m’a aidé à souffler.

J’ai écouté les chansons déposées par des voix amies sur mon répondeur, les mots doux ici et là, les fleurs livrées à la nuit tombée, les ami(e)s au bout du fil, le message du bout du monde dans la nuit, les amis sur mon canapé, le Spritz et le champagne, le chocolat et les bisous doux.

C’était un bel anniversaire, un qui réchauffe le cœur et ne mouille même pas les yeux.

* illustration d’Emmanuelle Houdart issue de son album « Ma mère » publié aux éditions Thierry Magnier. Disponible chez votre libraire ! *